La nature

Le pouvoir de l’un, peut-être l’aspect le plus surprenant de la nature, est le pouvoir de l’un. Chaque espèce vivante a un rôle clé dans la nature. Ainsi, chacun de nous peut aider à sauver notre mère-nature.

En conséquence, le point de vue de l’Association Djibouti Nature est qu’une conservation efficace de la nature ne peut être réalisée que par une relation solide entre l’homme et la nature.

L’Association Djibouti Nature s’est bâtie depuis sa création en 1999 une histoire et une réputation importante en termes d’études de terrain et de recherche scientifique pour améliorer la connaissance des oiseaux du pays en particulier et sert volontairement de principale autorité sur l’avifaune de Djibouti. À ce titre, il a contribué de manière significative à la connaissance du francolin de Djibouti, en danger critique d’extinction, la seule espèce d’oiseau endémique connue à ce jour dans le pays, ainsi que des nombreux sites écosystèmes- clés communément appelés zones importantes pour la conservation des oiseaux et biodiversité connues pour leur importance d’héberger des espèces remarquables de faune et de flore.

Djibouti Nature reste également une organisation de la société civile active et engagée qui travaille sans relâche à construire un pont reliant les gens et la nature. Ainsi, elle lève des fonds pour des projets de développement local durable visant à contribuer à l’amélioration des conditions de vie des communautés pauvres et vulnérables de l’arrière-pays où les écosystèmes les plus importants qui soutiennent la vie quotidienne d’une partie importante de la population Djiboutienne qui pratique encore un mode de vie nomade traditionnel, restent intacts.

Ajoutez votre voix et agissez immédiatement pour protéger la nature et contribuer à l’amélioration des moyens de subsistance des communautés pauvres et vulnérables de l’arrière-pays en partageant la vision et la mission de l’Association Djibouti Nature en devenant membre ou donateur philanthrope. En unissant et en harmonisant nos efforts et nos actions, nous pouvons faire une grande différence.

Antilope Beira

L’antilope Beira ou Beyrac en somali (dorcatragus megalotis) est une antilope endémique adaptée à l’aride de la Corne de l’Afrique. La Beira est le seul représentant de son genre monotypique appartenant à l’ordre des Artiodactyles, de la famille des Bovidae et des Neotraginiae. Sa répartition est limitée aux montagnes, collines et plateaux, principalement dans le nord de la Somalie, avec d’autres zones de répartition plutôt petites dans le sud de Djibouti et le nord-est de l’Éthiopie.

L’aspect général de cette belle espèce est semblable à klipspringer. La couleur de base de la fourrure est le gris, avec les membres, le haut du cou et la tête rouge-ocre. La partie inférieure blanc crème est séparée par une bande gris foncé allant des coudes aux cuisses. Très distinctifs sont les très grandes oreilles. Les cornes ne se trouvent que chez les mâles.

En tant que navigateurs, les Beiras dépendent du feuillage de divers arbustes, herbes et plantes succulentes. La structure sociale est constituée de paires et de groupes familiaux qui défendent des territoires. Le Beira est répertorié comme «vulnérable» sur la Liste rouge de l’UICN de 1996 en Somalie et en Éthiopie et comme «possiblement éteint» à Djibouti. Il y a quelques décennies, la présence de l’antilope Beira à Djibouti était incertaine.

Cependant, en 1992, sa présence a été confirmée par des observations, des photographies et des vidéos dans la région sud de Djibouti à Ali-Sabieh, mais la taille de sa population et ses tendances à Djibouti demeurent difficiles. Cependant, la régularité et les circonstances des observations suggèrent que l’espèce est rare mais pas menacée à Djibouti, du moins pour le moment.

Palmier de Bankoualé

Le Bankoualé Palm Livistona carinensis est un relict proche d’espèces de palmiers endémiques classées comme Vulnérable, dont la présence n’est présente que dans de très petites populations à Djibouti, en Somalie et au Yémen.

La population djiboutienne compte moins de 400 adultes répartis dans 12 sous-populations situées dans son aire de répartition principale, à Goda Mountain. Les adultes sont trop mûrs et les juvéniles et les jeunes plants ne se trouvent que dans des zones protégées du pâturage dans des zones où les animaux ne peuvent pas les manger.

Toutefois, en raison de sa répartition restreinte dans le pays et dans la région, l’espèce court un risque élevé d’extinction dans la nature à moyen terme et s’appuie sur les données récentes recueillies sur le palmier.

Il pourrait être plus approprié de déplacer le statut d’espèce de la catégorie «vulnérable» de l’UICN vers «en voie de disparition».

Le francolin de Djibouti

Le Francolin de Djibouti est un oiseau gibier endémique timide et insaisissable classé comme espèce en danger critique d’extinction connu seulement dans deux zones importantes pour la conservation des oiseaux et de la biodiversité (Forêt du Day et Mabla) à Djibouti, qui est gravement fragmenté et en déclin en étendue et en qualité, et dans lequel la population subit un déclin continu. Cela signifie que si rien n’est fait, l’espèce court un risque d’extinction extrêmement élevé dans un avenir immédiat (50% de chance sur dix ans / trois générations).

Les problèmes critiques de sa survie semblent être le taux de détérioration de ses habitats naturels, comme en témoigne la forte mortalité de la forêt principale où il se trouve. Les raisons pour lesquelles son habitat naturel dégénère ne sont pas bien comprises, mais des hypothèses ont été suggérées au cours des dernières décennies.

Celles-ci consistent généralement en une combinaison de facteurs tels que: l’extraction du bois de construction et du bois de chauffe; le surpâturage; et / ou un changement apparent du climat vers des conditions plus chaudes et plus sèches qui ont affecté la productivité de l’ensemble de l’écosystème.

Notes sur la Forêt du Day

L’écosystème de la Forêt du Day est constitué de forêts tropicales sèches d’Afromontane tropicales tropicales occupant une superficie de c. 15 esq. km (White, 1983) dans la chaîne du Massif du Goda au nord de Djibouti (11 ° 46 ‘N – 42 ° 39’ E) avec une altitude allant entre c. 1200 m à c. 1750 m et est une zone importante pour les oiseaux (BirdLife International, 2000) et une zone protégée proposée. C’est également l’une des rares zones forestières du pays où, historiquement, l’arbre forestier dominant a été le plus grand des 20 à 30 années au cours desquelles les 20 à 30 dernières années ont été marquées par un déclin spectaculaire de la forêt à couvert forestier formé par Juniperus procera. proportion de genévriers morts ou mourants, et la canopée ouverte et les montagnes voisines de Mabla. L’habitat disponible à la Forêt du Day a été divisé par deux entre 1977 et 1983 et en 2006, 95% du genévrier de plateau restant était mort ou mourant (Bealey et al., 2006).

En termes d’écosystème d’importance mondiale et nationale, la Forêt du Day est le site le plus important de l’habitation d’une variété d’espèces rares et hautement adaptées à l’aridité, telles que les espèces en danger critique d’extinction, c.-à-d. Francolin de Djibouti, Leopard, petite population nicheuse de vautours d’Egypte menacés d’extinction, petites populations isolées de singe vert et de klipspringer etc … et ombet de Dracaena en danger et vulnérables, Livistona carinensis, etc. et une ressource naturelle importante pour nourrir et contribuer à un paysage désertique de haute qualité dans les régions des hautes terres sèches de Djibouti.

La raison du mauvais état de la Forêt du Day n’est pas claire, mais le surpâturage par les bovins, les chameaux et les chèvres est certainement un facteur majeur, probablement exacerbé par les pluies acides, les changements climatiques et les maladies fongiques sans étude scientifique. La collecte de bois de chauffage, la chasse et le dérangement humain sont une autre menace. Bien que l’écologie et la biologie de l’espèce soient également mal connues et que son comportement persistant dans les forêts mortes et extrêmement dégradées reste incertain pour sa survie à long terme.

Massif du Mabla

Mabla est la deuxième plus grande zone de forêt de montagne restante. Elle a été décrite comme étant contiguë à la forêt du Day avec la forêt de genévriers à Djibouti, mais il n’existe plus aujourd’hui de genévriers vivants et les essences dominantes sont Acacia seyal, Buxus hildebrandtii avec et localement abondant Acacia et Acacia mellifera commun.

La zone est actuellement confirmée avec le massif de Goda «Forêt du Day» pour soutenir une population viable de la francolin djiboutienne en danger critique d’extinction (Welch et al. 2009).

Lac Abhé

Le lac Abhe est un lac salé situé dans l’embouchure de la rivière Awash, qui forme une chaîne de six lacs interconnectés situés au centre de la dépression d’Afar, notamment Afambo, Bario, Gargori, Gummare et Laitali. Le lac Abhé constitue le plus grand écosystème de zones humides intérieures permanent à Djibouti et est réputé pour ses paysages avec une pléthore de sources thermales, que l’on ne trouve que dans la partie djiboutienne du lac formée par des êtres humains. « A partir du moment où il a été profondément inondé », le film faisait entièrement partie du film « La planète des singes ».

En outre, le lac est plus réputé pour ses milliers de flamants roses annuels et moins qui affluent vers le site de l’année, avec au moins 50 espèces d’oiseaux d’eau migrateurs, le pélican blanc et éventuellement le cormoran se reproduisant du côté éthiopien. Le site est également exposé à d’autres espèces sauvages menacées telles que les hyènes tachetées, les phacochères de Somali et d’Érythrée et les gazelles de Dorcas. Il contribue de manière significative aux moyens de subsistance des nomades Afars vivant dans les zones environnantes et au-delà de la frontière.

Îles 7 Frères

Le Sept-Fres est un groupe de six volcans situés au large sur la plaine côtière nord-est du détroit de Bab el Mandeb, largement dépourvus de végétation et qui, avec Ras Siyyan, forme les Sept Frères.

Les îles abritent d’importantes espèces d’oiseaux marins reproducteurs, telles que les goélands à yeux blancs et à cendres noires, les sternes huppées, rapides et moins huppées, à plumes à carreaux blancs et à bec rouge. Balbuzard pêcheur et faucon noircissent également dans les îles.

En outre et dans certaines conditions météorologiques, les îles jouent un rôle important en aidant les rapaces migrateurs à compléter leur traversée du détroit de Bab el Mandeb.

Îles Moucha & Maskali

Les Îles Musha / Maskali sont deux anciennes îles de récifs coralliens et plusieurs îlots satellites situés à environ 15 km au nord de la ville de Djibouti dans le golfe de Tadjoura. La Grande île, Musha, abrite de vastes peuplements de mangroves et de sueada sp.

Les îles, et en particulier ses îlots satellites, sont réputées comme l’une des zones de reproduction utilisées par les oiseaux tropiques à bec rouge, les goélands à yeux blancs, les sternes cravaches, les becs de baleine eurasienne, les balbuzards, les balbuzards pêcheurs peut-être quelques paruliers de mangrove, à savoir fauvette à roseaux

Le site est colonisé par Indian House Crow et sa présence a des impacts plus importants sur le succès de la reproduction de toutes les espèces (Houssein Rayaleh, pers.com).

Scanner le code