Palmier de Bankoualé

Le Bankoualé Palm Livistona carinensis est un relict proche d’espèces de palmiers endémiques classées comme Vulnérable, dont la présence n’est présente que dans de très petites populations à Djibouti, en Somalie et au Yémen.

La population djiboutienne compte moins de 400 adultes répartis dans 12 sous-populations situées dans son aire de répartition principale, à Goda Mountain. Les adultes sont trop mûrs et les juvéniles et les jeunes plants ne se trouvent que dans des zones protégées du pâturage dans des zones où les animaux ne peuvent pas les manger.

Toutefois, en raison de sa répartition restreinte dans le pays et dans la région, l’espèce court un risque élevé d’extinction dans la nature à moyen terme et s’appuie sur les données récentes recueillies sur le palmier.

Il pourrait être plus approprié de déplacer le statut d’espèce de la catégorie «vulnérable» de l’UICN vers «en voie de disparition».

Massif du Mabla

Mabla est la deuxième plus grande zone de forêt de montagne restante. Elle a été décrite comme étant contiguë à la forêt du Day avec la forêt de genévriers à Djibouti, mais il n’existe plus aujourd’hui de genévriers vivants et les essences dominantes sont Acacia seyal, Buxus hildebrandtii avec et localement abondant Acacia et Acacia mellifera commun.

La zone est actuellement confirmée avec le massif de Goda «Forêt du Day» pour soutenir une population viable de la francolin djiboutienne en danger critique d’extinction (Welch et al. 2009).

Lac Abhé

Le lac Abhe est un lac salé situé dans l’embouchure de la rivière Awash, qui forme une chaîne de six lacs interconnectés situés au centre de la dépression d’Afar, notamment Afambo, Bario, Gargori, Gummare et Laitali. Le lac Abhé constitue le plus grand écosystème de zones humides intérieures permanent à Djibouti et est réputé pour ses paysages avec une pléthore de sources thermales, que l’on ne trouve que dans la partie djiboutienne du lac formée par des êtres humains. « A partir du moment où il a été profondément inondé », le film faisait entièrement partie du film « La planète des singes ».

En outre, le lac est plus réputé pour ses milliers de flamants roses annuels et moins qui affluent vers le site de l’année, avec au moins 50 espèces d’oiseaux d’eau migrateurs, le pélican blanc et éventuellement le cormoran se reproduisant du côté éthiopien. Le site est également exposé à d’autres espèces sauvages menacées telles que les hyènes tachetées, les phacochères de Somali et d’Érythrée et les gazelles de Dorcas. Il contribue de manière significative aux moyens de subsistance des nomades Afars vivant dans les zones environnantes et au-delà de la frontière.

Îles 7 Frères

Le Sept-Fres est un groupe de six volcans situés au large sur la plaine côtière nord-est du détroit de Bab el Mandeb, largement dépourvus de végétation et qui, avec Ras Siyyan, forme les Sept Frères.

Les îles abritent d’importantes espèces d’oiseaux marins reproducteurs, telles que les goélands à yeux blancs et à cendres noires, les sternes huppées, rapides et moins huppées, à plumes à carreaux blancs et à bec rouge. Balbuzard pêcheur et faucon noircissent également dans les îles.

En outre et dans certaines conditions météorologiques, les îles jouent un rôle important en aidant les rapaces migrateurs à compléter leur traversée du détroit de Bab el Mandeb.

Îles Moucha & Maskali

Les Îles Musha / Maskali sont deux anciennes îles de récifs coralliens et plusieurs îlots satellites situés à environ 15 km au nord de la ville de Djibouti dans le golfe de Tadjoura. La Grande île, Musha, abrite de vastes peuplements de mangroves et de sueada sp.

Les îles, et en particulier ses îlots satellites, sont réputées comme l’une des zones de reproduction utilisées par les oiseaux tropiques à bec rouge, les goélands à yeux blancs, les sternes cravaches, les becs de baleine eurasienne, les balbuzards, les balbuzards pêcheurs peut-être quelques paruliers de mangrove, à savoir fauvette à roseaux

Le site est colonisé par Indian House Crow et sa présence a des impacts plus importants sur le succès de la reproduction de toutes les espèces (Houssein Rayaleh, pers.com).

Haramous / Loyada

Haramous / Loyada est constitué de deux habitats humides principaux, mais pour simplifier, il est désigné comme un site et une partie de celui-ci a été déclaré premier et unique site Ramsar du pays lorsque Djibouti a ratifié la Convention sur les zones humides en 2003. Ce site héberge de vastes vasières intertidales. avec des taches de mangroves dans plusieurs zones. La partie terrestre côtière est du site est formée d’une plaine sablonneuse basse coupée par des oueds bien végétalisés et recouverte d’acacias et d’arbustes clairsemés.

La région abrite de vastes populations d’oiseaux de rivage hivernant et de passage, dont certaines représentent plus de 1% de la population mondiale, c.-à-d. Pluvier géant, bécasseau Terek, bécasseau géant et bécasseau géant, ainsi que plus de dix espèces de hérons, ibis sacrés, à bec jaune. et Abdim’s Storks and Flamants roses et flamands. De plus, on peut observer dans la région des individus de l’outarde arabique et des troupeaux variables, des alouettes de Hoopoe majuscules ou plus grandes (Houssein Rayaleh pers om).

Galafi / Plaine de Hanlé

La plaine de Hanlé a un biotope similaire qui constitue une grande dépression alluviale avec un garrot d’acacia à faible mélange, des oueds peu profonds et de vastes tapis de sable éparpillés sur de basses collines bordées de montagnes escarpées. Dans plusieurs petites localités, la zone contient de l’eau douce permanente qui contient de grands peuplements d’hyphaènes doum palm, comme Hyphaene et des parcelles de marais.

Hanlé, y compris les plaines de Galafi, Daoudaoua et Gagadé, héberge une petite population d’autruches et les zones d’eau douce abritent un petit nombre d’oiseaux aquatiques reproducteurs, tels que le pluvier à ailes lisses, le pluvier à trois bandes, le crake noir et l’oie égyptienne. Et la région est connue comme le seul cas enregistré à Djibouti concernant le cormoran à longue queue, le martin-pêcheur malachite et le coucal à sourcils blancs (Welch et Welch, 1998).

Massif du Goda / Forêt du Day

L’Association Djibouti Nature – Djibouti Nature  est une organisation locale indépendante, à but non lucratif et à but non lucratif, légalement établie à Djibouti. Djibouti Nature a été créée en 1999 et est donc la plus ancienne et la plus ancienne organisation de la société civile expérimentée travaillant dans le domaine de la conservation de la nature dans le pays.

L’histoire de la conservation de la nature est importante mais brève, principalement du point de vue des espèces d’oiseaux et des habitats naturels. En outre, il travaille sans relâche depuis de nombreuses années avec les communautés locales, les secteurs privé et les organismes gouvernementaux pour sensibiliser le public à la protection extraordinaire de la faune sauvage et des habitats précieux de Djibouti au profit des générations actuelles et futures.

Djibouti Nature est enregistrée conformément aux dispositions de la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association à Djibouti et un certificat a été délivré (certificat n ° 63 / DAGR / 18/03/2001) par le Ministère de l’intérieur et de la décentralisation. Les autres pages de notre site vous donnerons plus de détails.

Un dernier point et non des moindres, notre site est en phase de mise à jour à jour importante.  Pour permettre l’accès à notre site à un plus large auditoire, nous l’avons doté de fonctions multilingues.

Hélas, à causes de nos ressources humaines et financières limitées, nous avons commencé avec les langues suivantes : l’anglais, le français et le somali. Dans la plupart des cas, nous avons traduit le contenu en utilisant Google Translate. Ça donne généralement une idée assez claire. Cependant, cela n’est pas suffisant. Nous travaillons donc à mieux faire.

C’est pourquoi, pour traduire notre contenu dans les autres langues nationales (l’afar et l’arabe) ou pour améliorer les traductions existantes, nous cherchons des bénévoles ! Si vous pensez que vous pouvez nous aider d’une quelconque façon dans cette tâche titanesque, contactez-nous.

Plaine du Goba’ad

Le site est constitué d’une vaste dépression alluviale avec un mélange de buissons d’acacia, de nombreux oueds peu profonds et de grands plaines de sable dispersées sur des plateaux.

De par sa position géographique entre deux autres IBA importantes (le lac Abhé et la plaine de Hanlé) et plus près de la frontière avec l’Éthiopie, son avifaune présente des éléments reflétant un mélange d’espèces d’oiseaux situées à proximité de l’Éthiopie. Goba’ad avec deux autres sites à Djibouti est le seul site qui héberge des autruches avec un potentiel de reproduction.

En outre, la présence typique d’espèces semi-désertiques comprend l’alouette moineau, le genou tacheté, l’outarde arabique, le Lichtenstein, les sablières à ventre aiguisé et tacheté, tandis que les oueds, plus végétalisés, contiennent des spourfis à cou jaune, des barbets jaunes à crête, des Oiseau-souris gratté, batis à tête grise, crombec, merle roux et cerf-volant à queue d’hirondelle.

Et avec la région d’Ali-Sabieh / Assamo, Goba’ad est le deuxième site où des tisserands moins masqués ont été enregistrés.

Allol / Magdoul

Le site est l’un des troisièmes sites connus pour la population reproductrice d’autruche. Lorsqu’il est inondé, le site héberge une importante reproduction et des limicoles hivernants de passage, c’est-à-dire que l’élevage d’échasses noires, du pluvier de Kittlitz, du petit grèbe et de la bernache a été confirmé.

Plus de 286 avocats et plus de 1300 sandpipers des marais ont été recensés à Doda (les deux plus hauts comptes de Djibouti, ce dernier étant un compte important pour l’Afrique de l’Est).

La région abritait un grand nombre d’alouettes aux doigts courts, de pipits fauves, de bergeronnettes jaunes, de froment isabellines et de pies-grièches, dont le premier record enregistré à Djibouti de pie-grièche des bois, de nombreux fauvettes hivernantes telles que les Ménétries et les fauvettes arabes, Hemprich Hornbill, Somalie étoilée, Somali Black chat gribouillis, alouettes huppées, outardes arabes, cigognes blanches et noires.

En outre, ce site vaste et complexe est également important pour les rapaces, y compris les vautours «Rüppell, Griffon, vautour à tête de pommette», Bataleur, l’aigle de Verreaux, le faucon chantant, avec confirmation de la reproduction de tous les aigles susmentionnés.

Enfin, les falaises basaltiques, les plateaux rocheux et les plaines de la région abritent le pinson Trumpeter, une espèce limitée à seulement 4 sites à Djibouti et qui n’a été trouvée nulle part ailleurs en Afrique de l’Est.

Scanner le code